Index du Forum 

  

  

 FAQFAQ   RechercherRechercher   Liste des MembresListe des Membres   Groupes d'utilisateursGroupes d'utilisateurs   S'enregistrerS'enregistrer 
 ProfilProfil   Se connecter pour vérifier ses messages privésSe connecter pour vérifier ses messages privés   ConnexionConnexion 

Décembre 2006

 
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet     Index du Forum -> Comptes-rendus des actions de Paris
Voir le sujet précédent :: Voir le sujet suivant  
Auteur Message
difftong
Administrateur - Site Admin


Inscrit le: 22 Jan 2006
Messages: 568
Localisation: Villejuif (94)

MessagePosté le: Lun 04 Déc 2006 | 20:49    Sujet du message: Décembre 2006 Répondre en citant

Samedi 2 décembre : participation à l’action « sang des bêtes » :
« L’action consiste à déverser du faux sang dans une rue passante pour dénoncer l’abattage des animaux pour la consommation de viande et de poissons. Un tract explicitement antispéciste était distribué aux passant-e-s.

Ces actions sont non-violentes. Le but n’est pas d’agresser mais bien de communiquer des informations et des idées. Elles sont ouvertes à toute personne végétarienne souhaitant s’en revendiquer. Le discours à tenir est explicitement antispéciste, centré sur les animaux et condamnant la consommation de viande et de poissons. Les actions durent environ une heure et nécessitent peu de préparation (on peut facilement l’organiser à 3 ou 4 personnes).

Cette action s'est déroulée pour la 4ème année consécutive. Elle a également eu lieu simultanément à Madrid, Rennes, Bordeaux, Lyon et Besançon. »

Un compte-rendu avec photos des différentes actions sur http://antispeciste.free.fr/viewtopic.php?t=123

A Paris, l’action s’est déroulée dans le quartier des Halles. Une douzaine de militant-e-s s’étaient déplacé-e-s.

Nous étions entrain de déverser les 26 litres de faux sang lorsqu’une patrouille de police est arrivée. Nous pensions au pire mais heureusement, à force de parlementer : «c’est une action non-violente pour dénoncer la consommation de viande et des poissons. Le liquide est du faux sang qui se nettoie avec de l’eau. Oui, on nettoiera le faux sang », etc, etc, ils ont laissé continuer l’action.

Nous étions sur une place, devant la sortie d’un métro. 3 personnes étaient immobiles et chacune portait un masque d’animal et deux panneaux (une photo, un slogan « viande = meurtre » ou « non au spécisme » afin de marquer symboliquement l’exploitation et le meurtre de 50 milliards d’animaux (et un nombre incalculable de poissons) par an dans le monde pour leur chair. C’était également, en plus du faux sang, un moyen d’être visible.

Le reste des activistes portaient un panneau et distribuaient des tracts. Nous avons noté que plusieurs personnes se sont dites végétariennes, quelques encouragements également.
Nous avons eu le lot habituel d’indifférence, de « les humains d’abord », « j’aime trop la viande », etc.
Le principal était d’être visible, de rester le plus longtemps possible et d’arriver à discuter avec quelques personnes.

Presque deux heures après le début de l’action nous avons dû ranger nos affaires, comme convenu avec les policiers.
Nous avons nettoyé un peu la place en déversant de l’eau pour laisser ensuite la voirie faire le reste du travail.

Mais ce n’était pas fini ! A une dizaine, nous avons improvisé une petite manifestation avec les masques d’animaux, les pancartes et distribué des tracts jusqu’à Saint-Michel. Ce quartier n’est pas loin des Halles mais vu le monde qu’il y a en général, et encore plus un samedi après-midi dans ces deux quartiers, beaucoup de passant-e-s ont vu notre message.

Finalement l’action s’est bien passée, pas de problème, pas d’incident. Nous sommes bien motivé-e-s pour organiser à nouveau cette action et ne pas attendre un an pour le faire.

Une trentaine de photos : http://pelagus.myphotoalbum.com/view_album.php?set_albumName=album18
Une vidéo : http://www.dailymotion.com/video/xqryi_sang-des-betes

Contact : sangdesbetes.paris@no-log.org























Dimanche 3 décembre : table de presse au marché Richard-Lenoir (métro Bréguet-Sabin)
La pluie a commencé a tombé lorsque nous avons fini d’installer la documentation sur le stand. Comme la pluie persistait, nous avons été dans l’obligation de la ranger afin qu’elle ne s’abîme pas. Le vent faisait tombé fréquemment les panneaux. Le mauvais temps n’incitait pas les passant-e-s à prendre le tract qu’on leur tendait. Heureusement, quelques personnes ont jeté un coup d’œil aux panneaux.
Une seule discussion : avec une famille (2 adultes, 2 enfants) végétarienne. Le monsieur l’était depuis 30 ans.
Après 1 h 30 à lutter contre les intempéries, nous avons rangé nos affaires pour rejoindre le métro. La pluie et le vent devenaient de plus en plus pénibles pour nous.
Pas de table de presse dimanche prochain.

Lundi 4 décembre : collage de plus de 120 affiches à la Fac de Jussieu
Affiches du réseau antispéciste http://www.animauzine.net/14-affiches-antispecistes-a-coller.html , contre le foie gras http://www.stopgavage.com , le journal mural http://www.animauzine.net/Affiches-antispecistes-no0-1.html ainsi que d’autres affiches.
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé Visiter le site web de l'utilisateur
difftong
Administrateur - Site Admin


Inscrit le: 22 Jan 2006
Messages: 568
Localisation: Villejuif (94)

MessagePosté le: Sam 09 Déc 2006 | 21:31    Sujet du message: Répondre en citant

Jeudi 7 décembre : rassemblement en soutien aux activistes étatsuniens emprisonnés
En collaboration avec le Scalp / No Pasaran (groupe antifasciste radical pour faire vite), nous avons organisé un rassemblement en soutien aux activistes écologistes et des droits des animaux étatsuniens emprisonné-e-s et contre la répression que subissent les activistes. Pour plus d’informations sur ce sujet, voici le texte du tract distribué : http://antispeciste.free.fr/viewtopic.php?t=122 et le tract en pdf : http://antispesite.free.fr/materiel/tracts%20et%20textes/chasse_aux_verts.pdf

Rendez-vous sur la place de l’Opéra. Non loin de là, un rassemblement devant Air France avait lieu pour dénoncer leur collaboration avec le gouvernement. Un car de police attend non loin de notre rendez-vous.
19 h pile, une chaîne de policiers se met devant nous. Mais que se passe-t’il ? 19 h 01, nous partons vers le lieu de l’action, dommage pour les éventuel-le-s retardataires, nous ne pouvons pas nous permettre de rester plus longtemps. Heureusement, aucun policier ne nous suit.
Le rassemblement se passe devant un bar-restaurant qui accueille ce soir un groupe de démocrates étatsuniens. Le but de la manœuvre est de les informer/discuter de la situation et des lois ultra répressives.
Nous commencions juste à distribuer quelques tracts à des passant-e-s (peu nombreux/euses) et à des personnes entrant dans le lieu lorsque la patronne du restaurant vient nous voir pour savoir ce qui se passe. Quelques instants plus tard, elle rentre pour appeler la police.
Une démocrate vient nous voir. Nous lui expliquons la situation, elle répond qu’elle est de notre côté.
Un bon moment plus tard, une voiture banalisée s’arrête : rien de bien inquiétant mais…une dizaine de minutes après, 5 grands fourgons et un car de gendarmerie passent. Nous pensons qu’ils vont à une manifestation. Et ben non ! C’est pour nous !



Les gendarmes (avec leur matraque, protège-tibia, etc., c’est impressionnant) nous (environ 17 ou 18 activistes) encerclent et, par la même occasion, bloquent l’entrée du restaurant. Nous sommes obligé-e-s de leur faire remarquer qu’ils empêchent les gens de rentrer et qu’ils sont entrain de créer un vent de panique dans le quartier. La démocrate essaie de leur parler. Les gendarmes se décalent et laissent la porte accessible.
La situation est ridicule. Nous ne pouvons nous empêcher d’en rire.
Le responsable des gendarmes nous promet un contrôle d’identité et après, dispersion. Tout le monde sort un papier d’identité et le tour est joué. Nous partons en direction du métro bien frustré-e-s de la situation. Mais que s’est-il passé pour que les forces de l’ordre soit si nombreux ? Mystère… big brother n’était pas bien loin ce soir…
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé Visiter le site web de l'utilisateur
Herljos



Inscrit le: 02 Nov 2006
Messages: 74
Localisation: Paris

MessagePosté le: Sam 09 Déc 2006 | 23:42    Sujet du message: Répondre en citant

n'empeche un autre truc bizare, il n'est pas censé y avoir les flics ET la gendarmerie a Paris.
La ville de paris est sous la "responsabilité" de la police nationale et comme ce n'est pas une ville mixte (comme issy les mx par exemple), la gendarmerie n'est pas cencé y mettre les pieds...
_________________
rendre impossible une revolution pacifique, rend inevitable une revolution violente. J.F.K
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé MSN Messenger
Herljos



Inscrit le: 02 Nov 2006
Messages: 74
Localisation: Paris

MessagePosté le: Dim 10 Déc 2006 | 08:41    Sujet du message: Répondre en citant

Non, j'ai rien dit en fait, si c'etait des gardes mobiles c'est parfaitement normal.
D'apres ivora ce serais en parti le fait qu'ils etaient deja sur place car le "president" egyptien etait dans le coins.
_________________
rendre impossible une revolution pacifique, rend inevitable une revolution violente. J.F.K
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé MSN Messenger
difftong
Administrateur - Site Admin


Inscrit le: 22 Jan 2006
Messages: 568
Localisation: Villejuif (94)

MessagePosté le: Ven 22 Déc 2006 | 20:53    Sujet du message: Répondre en citant

Samedi 16 décembre : stand contre le foie gras
Par un temps froid et pluvieux, nous nous sommes retrouvé-es à une douzaine d’activistes pour dénoncer la production et la consommation de foie gras, sur la place Edmond Michelet à Paris, tout près de Beaubourg. Le mauvais temps ne nous a malheureusement pas permis de déballer la documentation que nous avions amenée sur le foie gras et l’antispécisme, ni de récolter un grand nombre de signatures du manifeste pour l’abolition du foie gras.
Nous avons néanmoins distribué environ 900 tracts en quatre heures et joué à plusieurs reprises une saynète, dans laquelle un-e humain-e se faisait gaver par un canard (un-e humain-e avec masque de canard), avec un grand entonnoir dans lequel étaient insérées des pancartes qui reprenaient les mots d’un texte lu au mégaphone par une troisième personne (les mots en majuscules font référence aux pancartes):

Animaux humains et non humains sont égaux face à la souffrance. Les animaux ne sont pas des objets mais des êtres sensibles ! Le foie gras, traditionnel ou industriel, n'est pas un produit anodin, encore moins un plat festif pour les fêtes : c'est l'organe malade d'un animal torturé. Le gonflement du foie n’est pas naturel. La pratique artificielle du gavage entraîne chez les oiseaux une maladie, la stéatose hépatique [STÉATOSE HÉPATIQUE], qui débouche à terme sur la mort.

Rendu de 8 à 12 fois plus gros que la normale [FOIE x 10], le foie presse sur les poumons des oiseaux [RESPIRATION DIFFICILE], rendant leur respiration presque impossible [HALÈTEMENTS] et, s’ils ne sont pas enfermés dans un cage, leurs déplacements pénibles [DÉPLACEMENTS PÉNIBLES]. Au bout de quelques jours de gavage ils ne peuvent plus émettre de son et un silence de mort s’abat sur les élevages.

Dès leur naissance, les oiseaux sont rigoureusement sélectionnés. Les poussins femelles, considérées « inutiles », sont broyés [FEMELLES : BROYÉES]. Les mâles sont quant à eux confinés dans des cages exiguës [CAGE] pour y être gavés, et souffrent d’isolement. L’espace dont ils disposent est si réduit qu’il leur est impossible de bouger.

D’autres sont placés dans des parcs collectifs surpeuplés. Le stress est tel que pour éviter les agressions, on pratique le débecquage [AMPUTATION] : le bec, coupé par une lame chauffée à blanc, reste douloureux à vie. Le manque d’hygiène dû à la promiscuité accentue le développement des maladies [INFLAMMATIONS]. Les oiseaux, propres et beaux avant le gavage, souffrent de diarrhées [DIARRHÉES] et sont souillés d’excréments.

Imaginez ce que vous subiriez si vous étiez l’animal gavé. Que ressentiriez- vous si on vous insérait de force, deux fois par jour, 15 kg de spaghettis ingurgités en 5 secondes ? [15KG EN 5 SECONDES]. Le gaveur les empoigne par le cou et leur enfonce le tuyau de l’entonnoir très profondément dans la gorge. Leur stress intense est alors très perceptible. La douleur est souvent accentuée par des accidents de gavage (perforation du cou ou du jabot, [PERFORATIONS MORTELLES] brûlures internes par le maïs trop chaud [LÉSIONS AU COU], risque d’étouffement [ÉTOUFFEMENT]) et lors du transport jusqu’à l’abattoir, durant lequel beaucoup ont les os brisés [OS BRISÉS].

Pensez-vous toujours que le foie gras n'est pas un produit issu de la souffrance animale ? Quelle fin après ces tortures ? La mort [MORT] suite à la violence du gavage. Officiellement, 4 à 10% des canards meurent avant l'abattage. Ce qui veut dire que sur 30 millions d’oiseaux torturés par ans [30 MILLIONS PAR AN] plus d’un million [UN MILLION DE MORTS DURANT GAVAGE] meurent en cours de gavage. De l'aveu même des gaveurs, « beaucoup ne tiennent pas le choc. » [CHOC]. Douleur et anxiété, privations des moindres besoins comportementaux, sociaux et physiologiques : voilà la réalité du gavage.

Vous êtes « gavés » de toute cette souffrance ? Eux aussi !
Refusez le foie gras !


Cette saynète permettait d’attirer l’attention des passants qui s’arrêtaient parfois et étaient du coup un peu plus disponibles pour recevoir le tract contre le foie gras que nous distribuions. Les réactions ont été très variées, allant du soutien chaleureux à l’insulte, en passant par « j’aime trop le foie gras », « c’est horrible, je n’en mange pas – ou plus » et parfois « je suis végétarien-ne ».
Deux personnes étaient venues de Vire (Normandie) spécialement pour l’action, ce qui nous a bien aidé et permis de nouer de nouveaux liens.


Dimanche 17 décembre : table de presse au marché Richard-Lenoir (métro Bréguet-Sabin)



Le mauvais temps de la veille a laissé place au soleil. Cela nous a permis de distribuer le tract « la place accordée aux animaux » tranquillement sans avoir crainte que la documentation et les panneaux ne prennent l’eau.
Longue discussion avec un végétarien branché santé, revenant régulièrement sur les vibrations qu’il ressentait. Il a dit aussi être végétarien pour les animaux mais que pour toucher les gens, il fallait utiliser tous les arguments possibles. Au final, il ne parlait que de santé et de vibration. Comme d’habitude, les gens sont plus préoccupés par leur santé que celle des animaux…
Un monsieur qui avait déjà discuté avec nous il y a quelques semaines est revenu pour dire que ce que nous faisions était bien gentil mais… à cause de l’humanisme ambiant qui règne dans notre société, nous sommes rarement pris au sérieux.


Dernière édition par difftong le Lun 01 Jan 2007 | 14:27; édité 1 fois
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé Visiter le site web de l'utilisateur
difftong
Administrateur - Site Admin


Inscrit le: 22 Jan 2006
Messages: 568
Localisation: Villejuif (94)

MessagePosté le: Mar 26 Déc 2006 | 22:22    Sujet du message: Répondre en citant

Dimanche 24 décembre : table de presse au marché Richard-Lenoir (métro Bréguet-Sabin)
On sentait le réveillon de Noël : moins de monde que d’habitude.
A peine le matériel installé, un homme nous rapidement expliqué qu’il était végétarien par éthique depuis 30 ans. Quelques instants plus tard, une femme a dit être végétalienne (du jour au lendemain) après lu un livre hindouiste, cela fait maintenant 15 ans.

Nous avons par la suite passé plus d’1 h 30 à tracter sans aucune discussion (il faut dire qu’il faisait très froid, sans soleil), puis le meilleur (ou plutôt le pire) arriva. La semaine dernière, nous avons discuté avec deux jeunes employé-e-s de la boucherie située derrière nous. Nous avons pu discuter tranquillement même si chacun-e restait sur ses positions. Une troisième employée très virulente est intervenue pour dire (en regardant les panneaux) que nous allons leur faire perdre des clients. Elle est repartie aussi rapidement qu’elle est arrivée.

Vers 12 h 45, un des bouchers du même stand est arrivé en nous criant dessus qu’on devait impérativement partir sinon il allait tout casser et qu’il allait appeler la police. Lorsque nous lui avons demandé de se calmer, il a rétorqué que nous n’avions pas d’autorisation pour être là et qu’il allait appeler le placier, toujours sur le même ton. Il est reparti à son stand. Après 5 minutes de réflexion, nous avons décidé de partir car nous n’avions pas envie de nous faire agresser. Nous avons décidé de passer devant son étalage pour lui dire que sa façon de faire était inadmissible. D’emblée, il a répondu (toujours sur le même ton) que nous n’avions pas intérêt à faire un scandale et qu’à cause de nous, il avait moins de clients (ah, si cela pouvait être vrai !). Nous lui avons répondu que lui, ne s’était pas gêné à faire un scandale en criant devant notre stand. Le placier qui était à côté de moi a dit que la police allait arriver (vrai ?). Il y avait de plus en plus de tension, tout le monde autour de nous regardait ce qui se passait (en attendant certainement que des coups de poing arrivent, mieux qu’à la télé !) Sad

On est parti-e-s complètement énervé-e-s, en scandant « boucher, assassin » pas très malin mais la situation devenait intenable, pas facile de rester calme dans ce genre de situation. On a entendu un « ce sont les 3 là ! » (en parlant de nous) par un commerçant d’un « fruits et légumes » comme si nous avions fait une chose abominable. Nous avons rejoint le métro pour vite partir de ce marché.
Il y a quelques mois, nous avions déjà eu des problèmes avec un boucher (président du marché !) qui avait appelé la police municipale (voir compte-rendu : http://antispeciste.free.fr/viewtopic.php?t=10 (5 février 2006). Nous avions changé de place afin d’éviter le boucher.
Maintenant, c’est avec un autre boucher. Vu le raffut que cela a provoqué, il est clair que même si nous changions de place (il ne resterait plus qu’au tout début du marché, à deux pas du métro Bastille), nous serions certainement jeté-e-s (les commerçants sont bien solidaires entre eux) vers l’extérieur du marché. Il est clair que nous n’avons plus envie de remettre les pieds dans le marché : marre de ces agressions !

Pour le moment, nous ne savons pas si nous allons continuer les stands dans un autre marché ou si nous allons faire d’autres types d’actions. Cela faisait 1 an et demi que nous tenions une table de presse presque tous les dimanches à Richard Lenoir.
Triste matinée…

Lundi 25 décembre : collage de 90 affiches dans les rues de Paris (vers les gares d’Austerlitz et de Lyon, Bastille)
C’est agréable de coller le jour de Noël : il y a si peu de monde mais quel froid !
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé Visiter le site web de l'utilisateur
Montrer les messages depuis:   
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet     Index du Forum -> Comptes-rendus des actions de Paris Toutes les heures sont au format GMT + 1 Heure
Page 1 sur 1

 
Sauter vers:  
Vous ne pouvez pas poster de nouveaux sujets dans ce forum
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Vous ne pouvez pas éditer vos messages dans ce forum
Vous ne pouvez pas supprimer vos messages dans ce forum
Vous ne pouvez pas voter dans les sondages de ce forum


Powered by phpBB © 2001, 2005 phpBB Group
Traduction par : phpBB-fr.com

Anti Bot Question MOD - phpBB MOD against Spam Bots
Inscriptions bloqués / messages: 35750 / 0